Féministe, moi ?

Parlons un peu féminisme.

Je ne me revendique pas féministe car je ne conçois pas que de nos jours, une femme puisse ne pas l’être. D’ailleurs, je ne conçois pas tellement plus qu’un homme ne le soit pas. Pire que ça, je me demande pourquoi il existe encore un nom qui définisse la lutte pour l’égalité hommes / femmes.
Si on le nomme, c’est que la bataille est encore loin d’être gagnée. Plus que féministe, je suis profondément pour l’égalité, l’égalité en général (j’en parlais déjà ici). Je suis une de ces personnes pour qui  la devise « Liberté, égalité, fraternité » signifie quelque chose, bien au-delà d’un patriotisme absurde.  Si je devais la faire mienne, j’y ajouterai le mot justice.

Bref, je dévie de l’objet premier de mon article : le féminisme. Cet article était prévu de longue date mais je n’avais pas encore trouvé le moyen de l’introduire. Je n’avais pas envie de poster ce sujet comme un cheveu sur la soupe. Puis, j’ai reçu dans ma boite aux lettres, une carte d’anniversaire. C’est mon anniversaire jeudi et je reçois déjà des cartes. J’ai une famille et des amis merveilleux ! Je ne l’ai pas encore ouverte, j’attends le jour J mais cette carte, ou plutôt sur l’enveloppe qui contient cette carte donc, s’est trouvé l’élément déclencheur de cet article.

Pour que vous compreniez mieux, je vais revenir un peu en arrière.  Il y a 3 ans 1/2, j’épousais l’homme qui partage ma vie depuis presque 10 ans. Beaucoup d’amour mais peu de chichis. Souhaitant vivre avec mon temps, rêvant d’un monde qui évolue, un monde où la femme n’a pas à changer d’identité parce qu’elle épouse l’homme qu’elle aime, j’ai conservé mon nom de famille. La loi est de mon côté mais les faits sont bien plus complexes.

Bien que j’ai signalé ce choix aux administrations, à mes proches … J’ai le droit à trois approches différentes :
1 – Mon nom et même parfois mon prénom n’existent plus. On leur substitue un « Madame NomDeChéri PrénomDeChéri » …
2 – On m’affuble d’un nom à tiret du style « Madame NomDeChéri-MonNom »
3 – Je conserve mon nom et mon prénom. Ca y est, ils ont compris ! Vous croyez ?? Non, mon nom est précédé d’un joli « Mademoiselle ».

Bien sûr, je ne rate pas une occasion de rappeler à tout ce petit monde que mon nom reste celui avec lequel je suis née, ni plus ni moins ! Pas de changement, pas de tiret … Mais, allez savoir pourquoi, c’est un concept qui semble bien plus complexe qu’il n’y parait. Chacun y va de sa petite remarque comme si le choix de mon nom était sujet à un débat publique :

– « Mais moi j’étais fière de prendre le nom de mon mari ».
Ben oui, je ne l’interdis à personne. Mais je suis libre de faire autrement. Je suis fière d’avoir épousé l’homme que j’aime mais j’ai une existence en dehors de ce mariage. Je me suis construite sous cette identité, pourquoi renoncerais-je à mon patronyme, le nom que m’ont donné mes parents, ma filiation … si je veux construire une nouvelle famille, notre famille à tous les deux ?

–  » Et ton mari, ça le dérange pas ?  »
Oh, désolée, on ne m’avait pas dit que c’était à mon époux de choisir le nom que je souhaitait porter. Je vais le consulter et s’il est pas d’accord, je change … Non mais, sans rire ! A mon sens, j’aurais dû lui demander si ça le dérangeait que je prenne le sien mais certainement pas ce qu’il en pense si je décide de garder le mien.

Là où j’ai vraiment tapé fort, c’est quand j’ai dit que je souhaitais que notre futur enfant (pour rappel, procédure d’adoption en cours) porte NomDeChéri-MonNom. Chéri était un peu tiède. Lui qui est assez traditionaliste et conformiste n’aime pas tellement les noms à rallonge. Nous avons évoqué le sujet avec notre entourage et je me suis entendu dire (pas par mon mari heureusement) que je n’avais pris aucun des engagements du mariage. Alors, c’est seulement ça le mariage ? La femme renonce à son patronyme et basta ? Quelle idiote j’ai été de croire que c’était la promesse de former une famille à deux (puis peut-être à 3 ou plus par la suite), de construire son avenir ensemble, de se soutenir …

Aujourd’hui, tout est clair pour Chéri et moi : je garde mon nom et lui le sien et notre enfant portera les deux. Bien que Chéri n’ait pas été ravi de cette perspective, il a reconnu que lui ne perdait rien si on accolait le mien avec un tiret.  En revanche,  je renonçais à mes convictions et j’étais même en un sens exclue notre future famille à 3 si j’acceptais que seul son nom soit transmis à notre enfant. On a appliqué le règle du qui perd-gagne ^^ .

Je suis une femme et j’estime pouvoir disposer de mon corps mais aussi de mon nom, de mon histoire au même titre que les hommes.

Il y aurait bien plus à dire sur le sujet que la question du nom mais aujourd’hui, c’est ce sujet que j’ai choisi d’aborder. C’est un aspect bien minime de la défense des droits des femmes mais j’estime qu’il n’est pas à négliger pour autant. Je trouve que bien trop souvent encore, et dans bien trop de circonstances, les femmes suivent « les traditions » sans se dire qu’elles ont vraiment le choix. Il existe de nos jours, des femmes qui élèvent leurs garçons avec des préjugés machistes …

Comme d’habitude, j’attends avec impatience vos témoignages, commentaires, interventions  …

Enregistrer

Publicités

5 réflexions sur “Féministe, moi ?

  1. Coucou, je commente tout de suite, c’est rare ! En fait (ça date d’hier et d’une conversation avec une copine) j’ai aussi pensé à écrire un article sur le féminisme ! Après j’ai une approche de la chose peut-être un peu étrange… Déjà je fais parti de ceux qui n’aiment pas ce mot là, c’est difficile d’expliquer rationnellement pourquoi mais c’est comme ça ! Je préfèrerais peut-être « égalitariste ». Mon combat personnel concerne plutôt les genres que l’approche traditionnaliste de la femme (je sens que je ne vais pas être claire, on m’excuse ? C’est la fatigue). Je ne me suis jamais sentie « femme » dans le sens de « femme déterminée socialement ». J’ai toujours vécu sans me soucier des cadres. Je suis de celles qui se présentent comme étant « Madame » dans les contextes administratifs parce qu’il n’y a pas de raison qu’on dise Monsieur à un homme de mon âge, célibataire, et que l’on me dise Mademoiselle, comme si je n’étais qu’à moitié adulte sous prétexte que je n’ai pas de bague au doigt. Je suis de ceux qui pensent que les enfants doivent être élevés loin des stéréotypes de genre pour grandir comme bon leur semble et devenir des « quelqu’un » tous aussi uniques les uns que les autres. Je suis de ceux qui pensent que le respect de l’autre est l’une des valeurs les plus importantes de la vie. Je suis de ceux qui rêves que nous avons tous le droit d’exister, et la chance de pouvoir devenir qui l’on est vraiment. 🙂

    J'aime

    1. On est d’accord sur le fond. Le mot féminisme est souvent accroché à un tas de stéréotypes genre la femme aigrie, qui n’aime pas les hommes et veut les écraser. La réalité est différente, le combat est celui de l’égalité pour tous. Je ne vois pas pourquoi notre préfixe serait associé à notre mariage non plus. Une femme mariée à le droit à plus de respect ? Ridicule ! Bref, ton commentaire va tout à fait dans le sens de mon article et j’espère lire le tien bientôt ;).

      Aimé par 1 personne

  2. comme je te comprends! pendant plus de 20 ans, on m’appelait uniquement par mon nom de jeune fille (encore un terme…) au boulot même en étant mariée. ça ne posait pas de problème. lorsque j’ai eu mes enfants, ils devaient porter le nom de leur père . ensuite une loi est passée qui autorisait les enfants de couples (mariés ou non) à porter le nom de leurs 2 parents. nous avons posé la question à nos enfants qui ont voulu porter les 2 . après une démarche assez simple, ils ont tous porté nos 2 noms (adjonction de nom) le livret de famille a été modifié. mais ce n’est pas encore entré dans les moeurs car on nous demande ou on leur demande si leurs parents sont divorcés. je suis comme toi, j’estime que le nom de naissance est notre propriété familiale et qu’il n’y a aucune raison de l’abandonner. de nombreux pays conservent les noms des 2 parents et ça parait si logique. le pire est d’entendre ou de lire Mme + prénom et nom du mari comme si une femme n’avait plus aucune identité. je ne dirais pas forcément que notre attitude est féministe, elle est celle d’individus qui ont une identité. il serait si simple de ne pas être obligée de devoir le dire…
    merci pour ton site créatif (quel talent!) et pour tes articles

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s