Ô Empathie, où es-tu ?

On est mercredi et je publie déjà mon second article. Mais que se passe t’il ?!  En fait, il s’agit d’un article d’humeur que j’ai rédigé il y a un moment déjà mais que j’hésitais à publier. Puis, j’ai discuté à plusieurs de mes copines qui m’ont dit ressentir la même chose mais ne pas savoir le formuler alors … J’ai décidé de le publier quand même. N’hésitez pas à me laisser un commentaire sur votre lecture.

Ô Empathie, où es-tu ? T’ai-je à jamais perdu ?

J’aime à me définir comme quelqu’un de bienveillant mais je ne peux pas vraiment dire que ce soit ma nature profonde …

Replaçons les choses dans leur contexte. Je suis atteinte d’une maladie qui me fait souffrir énormément. Certains me diront qu’il existe un tas de solutions pour lutter contre la douleur. Pas tant que ça en fait. J’ai essayé beaucoup de médicaments très costauds qui n’ont aucun effet positif sur moi. Les médecins m’ont abandonnée, me laissant seule avec cette souffrance. Elle ne se voit pas mais elle est vissée à mon corps, dans chacun de mes mouvements mais même dans mon immobilité. Je dois vivre avec cette douleur, cette douleur extrêmement forte, cette douleur qui m’entoure de la pointe des cheveux jusqu’aux orteils et qui ne me lâche jamais. Si l’enfer existe, c’est à ça qu’il ressemble, croyez-moi.

Donc, je disais que j’essaye d’être une personne bienveillante. Mais cette douleur rend irritable. Je ne me cherche pas d’excuses, c’est un fait. Si vous souffrez beaucoup, constamment, tout vous énerve. Il m’arrive donc de manquer de patience voire de me montrer colérique parfois. Mais je travaille beaucoup là-dessus et je m’en sors pas trop mal je pense. Dans le même ordre d’idées, je ne veux pas être une de ces personnes qui jugent les autres. J’ai conscience que la douleur, comme les problèmes des gens … Tout ça apparaît sur une échelle qui est propre à chacun. Pour quelqu’un qui n’a jamais connu la souffrance, se faire une entorse peut être la pire douleur de sa vie. Pour moi qui connait quotidiennement les luxations, entorses et tendinites, ce n’est rien ! Mais c’est pareil pour tout. Pour des gens qui n’ont jamais eu aucun échec, rater un examen, c’est la fin du monde (je sais de quoi je parle, j’étais le genre de gamine qui pleurait pour une mauvaise note ^^). On ne peut pas classer les problèmes : un SDF est-il plus haut ou plus bas dans l’échelle du drame qu’une personne atteinte d’un cancer ? Question ridicule n’est-ce pas ?

Tout ça pour dire qu’il n’y a pas de petite douleur et il n’y a pas de petit problème.

Et pourtant, tout en ayant parfaitement conscience de cela, face à certaines confidences, à certaines « plaintes », aux publications sur les réseaux sociaux … Parfois (parfois seulement), au fond de moi, j’ai envie de dire « si c’est ton pire problème dans la vie, arrosons ça ! » Par exemple, je ne supporte pas les gens qui parlent de « se battre » constamment. Ceux qui luttent vraiment n’en parlent pas, ils agissent.  J’ai envie de leur dire de réserver ce vocabulaire pour le jour où ils auront une vraie lutte à mener. On ne peut pas batailler contre tous les aléas de la vie … On les accepte, on les dépasse… Gardons les grands mots pour les grandes causes.

J’écris ces mots et je ressens tout l’absurdité de la chose …  Je ne voudrais pas que mes amis cessent de se confier à moi parce qu’ils pensent que je ne prends pas leurs soucis au sérieux.  Je ne voudrais pas que mes copains cessent de me parler parce que leurs problèmes semblent moins importants que les miens … Aux yeux de qui ?!

Et pourtant, parfois, je manque d’empathie. J’ai envie de dire aux gens de cesser de se plaindre, de voir tout ce qu’il y a de positif dans leurs existences et de cesser de geindre sur les 3 petits soucis qui entachent leurs vies toutes roses. Ma vie m’a rendue forte mais elle m’a aussi endurcie. J’ai parfois peur d’oublier d’écouter les autres, de les soutenir, d’accorder du crédit à leurs souffrances … Alors que je me sens moi-même souvent si seule face à la mienne.  Je trouve que les gens manquent d’humanité et de bienveillance.

Mais … Comment pourrais-je reprocher aux gens de ne pas être meilleurs que moi ?

Publicités

3 réflexions sur “Ô Empathie, où es-tu ?

  1. je suis tellement contente que tu es publiée. tu as mis les mots sur nos « maux ». Si j’ai l’accord de la superbe ecrivaine que tu es, je publierai ton billet d’humeur qui aurai pu être le mien comme beaucoup d’entre nous. En faite, parfois je suis comme toi je me dis « ohh mais les gens se plaignent pour si peu » et je met un commentaire et je me dis « oh puis c’est le pire dans sa vie c’est dur pour elle (ou lui) » . Mais je t’avoue que parfois je suis en gros decalage.. exemple: a la balneo, nous sommes un grand groupe, tu as toute âge, jeunes ou moins jeunes, et comme toute politesse en disant bonjour (en faisant la bise) se pose la traditionnelle question existentielle; « Comment vas tu? » bien que déjà tu te dis que si la personne est ici elle n’est pas au mieu de se forme et donc tu te doutes que la réponse sera déjà longue. (sa va mais je souffre…) et là , la personne te raconte ces misères. Il y a très souvent de nouvelles personnes avec qui je discute trés facilement (comme dis mon père, je parlerai même a un chien avec un chapeau lol). Donc bref, en 2 3 séances de 1h30 tu connais bien sa vie. Et moi lorsqu’en arrivant on me pose la traditionnelle question, je répond ça va. (une fois le kiné a même dit une fois, Coralie ne dira jamais que ça ne va pas!) et il a raison. c’est bête mais répondre avec une réponse fermé m’évite d’ouvrir un long dialogue et donc de deballer a chaque fois ma vie. Donc a la 4eme séance, la personne qui m’a raconté toute sa vie et m’avait soulé a « trop se plaindre » ma dit « au faite tu viens pour quoi toi, tu as l’air bien, en forme? » . Et là, je n’ai pas pu m’empêcher de rire en disant c’est l’un des avantages d’avoir une maladie genetique comme la mienne; elle ne se voit pas ou peu (ou par crise) j’ai donc pendant 1h racontait ma vie; le sed qu’est ce que s’est, ce qui se cache derrière ce sourire et cette joie de vivre pétillante de façade) de parler de mon miracle, ma fille, mon horrible accident de voiture et des drames qui ont marqués ma vie. Aprés avoir fait les grandes lignes pendant plus d’une heure, la personne me regarde et se met a pleurer. Et me dit « je m’excuse je me plains a chaque fois moi c’est la vieillesse, toi tu es jeune tu souffres, tu as tellement vecu de malheurs, je m’excuse, et me dis « c’est parce qu’on ne rencontre pas assez de gens « extra-ordinaire » comme vous qu’on se focalise sur nos petits soucis de la vie, elle me répète que jamais elle n’aurait cru sa « vous êtes toujours souriante, de bonne humeur, gentille.. » je n’ai pas pu me retenir et je lui ai dit « c’est normal, c’est vos soucis cela vous semble difficile a vivre, mais c’est vrai que parfois quand les gens me parlent de leurs « problèmes ou tracas » je souris car je me dis  » si il savait ce que moi je vis… » Voila un petit bout de mon histoire..

    J'aime

  2. Je comprends ce que tu veux dire. je ne sais pas ce qu’est ta douleur et je ne peux même pas l’évaluer. Je peux juste l’imaginer car ma plus forte douleur a dû être mon entorse du pouce.

    Mais j’ai déjà eu une période noire dans ma vie et j’ai connu la douleur psychique. Douleur beaucoup moins douloureuse que la tienne mais qui ne se voit pas non plus.

    Et je comprends que tu puisses être entre deux sentiments. Moi aussi j’étais contente qu’on essaie de me changer les idées mais parfois j’aurais voulu crier, c’est que ça ton problème ? Tu ne te rends pas compte de ma souffrance ? Et puis cette impression permanente de n’être pas prise au sérieux !

    Aujourd’hui, je suis complètement sortie de cette période parce qu’un médecin m’a trouvé le bon traitement contrairement à ma généraliste qui ne m’avait pas prise au sérieux elle non plus !
    J’espère que toi aussi tu pourras bénéficier du bon traitement, un jour

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s